Hervé Charton, artisan de théâtre

Comédien, improvisateur, metteur en scène, auteur, chercheur, pédagogue...

Accueil > Recherche / critique > Critique > Kourandart > Opéra pipeau

Kourandart

Opéra pipeau

"Une flûte enchantée", d’après Mozart, mise en scène par Peter Brook, Théâtre des Bouffes du Nord

lundi 22 novembre 2010, par Hervé Charton

« C’est lourd et solennel / on n’y comprend rien / c’est trop sérieux / c’est encombré de symbolisme »â€¦ C’est ce que vous pensiez de l’opéra ? Eh bien non. La preuve en flûte majeure, par Peter Brook.

Si Peter Brook monte un opéra, ce n’est pas pour se livrer à une débauche d’effets spéciaux, ni encombrer la scène d’une machinerie aussi complexe que coûteuse, comme c’est souvent le cas. Plus encore pour cet opéra-ci, qui raconte l’histoire improbable et rocambolesque de Tamino, prince, et de Papageno, oiseleur, qui partent à leur façon à la recherche de l’amour. Ils rencontrent la Reine de la Nuit, le Grand prêtre du Royaume de la Lumière Sarastro, et doivent se confronter à de nombreuses épreuves sur le chemin de la vertu… On en connaît la musique surtout grâce à l’air fameux de cette Reine de la Nuit, qui ne peut jamais mieux exprimer sa colère qu’en faisant des vocalises haut-perchées.

Ici donc, point de décor somptueux, point d’effets spéciaux. Quelques bambous et des draps servent de scénographie et d’accessoires. Grâce à notre imagination, subtilement éveillée par les comédiens, ils figurent tantôt les portes géantes du temple de la sagesse, tantôt des arbres, ou encore une prison. À trop montrer, on ennuie, et Brook le sait bien lui qui ne fait que suggérer. Même la musique se contente du minimum, avec Franck Krawczyk au piano, seul.

Alors que reste-t-il ? L’essentiel, mes amis. Il reste les chanteurs, leurs voix, et les mélodies de Mozart ; il reste les acteurs, leur présence sans chichi à deux pas du public, parfois parmi nous ; il reste le plaisir enfantin de jouer et chanter, d’être oiseleur ou prince, orgueil ou sagesse, et de le partager. Le spectacle affiche complet, déjà, mais qui sait ? Tentez le coup, ce n’est pas du pipeau.

Une flûte enchantée
D’après Wolfgang Amadeus Mozart
Librement adaptée par Peter Brook, Franck Krawczyk et Marie-Hélène Estienne
Mise en scène : Peter Brook

Piano : Franck Krawczyk, Matan Porat

Avec : Dima Bawab, Malia Bendi-Merad, Leila Benhamza, Luc Bertin-Hugault, Patrick Bolleire, Jean-Christophe Born, Raphaë l Brémard, Thomas Dolie, Antonio Figueroa, Virgile Frannais, Betsabée Haas, Matthew Morris, Agnieszka Slawinska, Adrian Strooper, Lei Xu, Jeanne Zaepffel

Comédiens : William Nadylam, Abdou Ouologuem


Voir en ligne : L’article sur Kourandart

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)