Hervé Charton, artisan de théâtre

Comédien, improvisateur, metteur en scène, auteur, chercheur, pédagogue...

Accueil > Recherche / critique > Critique > Nonfiction.fr > Yoshi Oida : vision intérieure

Nonfiction.fr

Yoshi Oida : vision intérieure

L’acteur rusé, de Yoshi Oida, Actes Sud

mercredi 18 février 2009, par Hervé Charton

Comment "être" dans la vie et sur scène ? Yoshi Oida tente de répondre à cette question à sa manière, simplement en profondeur.

Dans une courte préface, Peter Brook introduit le troisième livre de son ami [1] : "En Orient, (...) un vrai maître n’explique jamais, ne donne jamais de recette. Le maître est l’exemple vivant de ce qui est possible, de ce qui peut être réalisé grâce à une patience infinie et une détermination sans faille." [2] Yoshi Oida, acteur japonais rendu célèbre en Occident par son long compagnonnage avec Peter Brook au sein du Centre international de recherche théâtrale (CIRT) depuis 1968, livre alors son expérience, pour la troisième fois, en évitant les recettes autant que possible. Il raconte les étapes de sa journée d’acteur, du levé où il sent quelques tensions et doit faire des étirements en vue de la représentation, à l’après spectacle, où le rideau est tombé sur le personnage et reste encore levé sur un autre, celui de tous les jours, qu’on appelle Yoshi Oida.

D’anecdotes en principes

Ce parcours colle à son nouveau projet. Dans L’Acteur flottant, il racontait ses premières années de travail avec Peter Brook et comment se former aux techniques du nô, une forme traditionnelle de théâtre au Japon. Il en était venu à tout remettre en question et à être lui-même un pont entre les deux cultures, à l’incarner, imprégné à sa façon de chacune d’elles. L’Acteur invisible était dédié à la préparation corporelle et mentale, à la concentration et à l’exercice physique, aux points du corps. Ici, Yoshi Oida s’interroge sur les transpirations de la scène à la vie, et vice versa. Comment faire naître la vie sur scène ? Et que rapporter de cette technique exigeante de comédien pour le commerce quotidien ; qu’apprend-on sur soi ? En se mettant en scène dans cette vie de tous les jours, sans pourtant perdre de vue le travail de scène, il digresse, passe d’anecdotes en souvenirs, va de la scène à la vie et revient, en faisant parfois passer un peu de ces grands principes qui l’ont guidé.

Même si Peter Brook, au bout d’un mois de travail à ses côtés au CIRT, lui a demandé de ne plus rien utiliser de sa formation japonaise, on voit que c’est elle qui lui a fourni les plus grandes énigmes, qu’il interroge toujours au fil de ses recherches et découvertes. Ainsi en est-il du ki, cette énergie fondamentale, subtile, qui "dépasse les cinq sens", une "puissance qui se situe au-delà de l’état normal de l’existence quotidienne" [3]. Il l’introduit ici en racontant comment la panique, lors d’une improvisation, avait fait surgir de lui quelque chose dont il se sentait incapable, un saut périlleux. "Le ki, dit-il en se fiant à son observation, est lié à trois éléments : la respiration, la colonne vertébrale et l’imagination". Et de développer longuement sur le pouvoir de l’imagination, exemples à la clé. Ainsi en est-il également du ri-ken-no-ken, littéralement "vision extérieure", un concept inventé par Motokiyo Zeami, grand maître du nô de la fin du quatorzième siècle, c’est-à-dire au moment où celui-ci apparaît. Yoshi Oida ne dit pas comment le trouver, mais comment lui l’a découvert : par hasard. Il développe également quelques points essentiels de sa propre pratique : le timing, un concept bien plus complexe qu’il n’y paraît, et le goûter, qui est une qualité de mouvement.

Discours pratique

Lorna Marshall, metteur en scène et professeur de théâtre anglaise qui a collaboré également à la naissance des deux précédents livres, ponctue la parole de Yoshi Oida de notes sur le théâtre japonais, les grandes notions, la tradition. Ainsi qu’elle en avertit le lecteur dès l’introduction, ces pages ne constituent pas vraiment une réponse à la question posée. Même les exercices qu’elle décrit en fin d’ouvrage, que Yoshi Oida utilise lors des ateliers qu’il dirige, ne visent pas des résultats précis, clairs, définis. Pas de recettes, pas de réponses.

À peine nécessaire de le lire, donc. On pourrait en effet avoir l’impression que tout ce qui nous est raconté là l’est mieux fait ailleurs, que sa parole sur les pouvoirs de l’imagination est moins forte que celle de Stanislavski ; que Jacques Lecoq s’exprime mieux sur les questions de timing et sur le rapport entre corps et émotions... Le style surtout, très simple, presque naïf, peut laisser penser cela ; le sentiment d’entendre parler un vieil enfant qui n’a finalement rien appris que d’utile à lui-même, quelques trucs tout au plus, quelques ruses, incapable de les transmettre.

Mais c’est justement la grande force et le grand pouvoir d’un tel enseignement. Quel que soit le pédagogue, impossible de savoir en effet ce que tel ou tel exercice, telle ou telle parole produira sur un élève en recherche ; cela dépend, tout simplement, de cette recherche. Ce livre ne se consomme pas, ce n’est pas un manuel, et ce style simple encourage à ne pas se leurrer : nous n’y arriverons pas tout de suite, il y faudra du temps et des efforts. Il demande à accompagner le développement de l’élève, à répondre aux questions qu’il se pose déjà, à en faire émerger peut-être d’autres, et à être repris plus tard pour entrer en dialogue avec celles qu’il ne connaissait pas encore. En "maître ignorant" [4] qui sait bien que rien ne vaut l’expérience, Yoshi Oida est l’exemple, la norme. À ces lecteurs de choisir ce qu’ils en apprennent.

À voir également :

- L’interview de Yoshi Oida sur Lemagazine.Info


[1Après L’Acteur flottant, Actes Sud, 1992 et L’Acteur invisible, Actes Sud, 1998

[2p. 9.

[3p. 26.

[4Pour reprendre l’expression de Jacques Rancière, cf L’assise du philosophe.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)