Hervé Charton, artisan de théâtre

Comédien, improvisateur, metteur en scène, auteur, chercheur, pédagogue...

Accueil > Recherche / critique > Critique > Kourandart > Je suis ton fils

Kourandart

Je suis ton fils

SW joue Tu es ma mère, de Serge Wolf d’après Joop Admiraal, à l’Atelier du Plateau

mercredi 24 mars 2010, par Hervé Charton

Tu es ma mère, de Joop Admiraal, est une pièce autobiographique, intime, où l’auteur nous emmène à la rencontre de sa mère, atteinte d’Alzheimer, et se met à la jouer. Texte documentaire, il explicite sa démarche, exhibe sa genèse avant de devenir théâtre. Serge Wolf a suivi le chemin de ce texte jusqu’à le coupler à sa propre quête identitaire.

Seul en scène, de façon extrêmement simple avec quelques objets devant un écran blanc où viendront se projeter les termes de l’insolvable équation, SW raconte. Dès l’entrée, un rapport intime, au présent, est installé avec les spectateurs : il parle des retardataires qu’on attendait pour commencer, évoque la démarche qui a conduit au spectacle. Comme si cette rencontre trop rare entre artiste et public, d’habitude après la pièce, il avait choisi de la faire d’abord, et systématique. En résulte une écoute bienveillante, heureuse d’être là et d’entendre.

Que raconte-t-il ? Les circonstances mystérieuses de sa conception. Né de père inconnu, il évoque son enquête pour le retrouver, le silence obstiné de sa mère, et un film qu’il a voulu tourner avec les membres de sa famille pour que, comme Hamlet donne à jouer le meurtre de Gonzague pour confondre son oncle, le choc produise en eux un goût soudain pour la vérité dévoilée. Puis prudemment, presque sans heurt, comme on se glisse dans des draps au terme d’un voyage épuisant, apparaît la fiction de Serge Wolf, l’histoire vraie de Joop Admiraal.

L’acteur, alternant avec brio le rôle du fils et celui de la mère, parlant dans toutes les langues, nous fait longer cette crête étroite entre réalité et fiction, confession et jeu, passant de l’un à l’autre avec souplesse. L’émotion est au rendez-vous, poignante, face à cette mère malade dont le fils semble espérer la mort tout en la redoutant. Sans artifice, sans mélo, plus qu’une histoire personnelle, SW joue Tu es ma mère nous emmène à la découverte d’un questionnement fondamental, d’une démarche qui vise à se connaître, et pour ça se livre tout entière.

SW joue Tu es ma mère
Textes de Joop Admiral et Serge Wolf
Traduction de Mike Sens
Mise en scène de Richard Leteurtre
Avec Serge Wolf

L’Atelier du Plateau
5, rue du Plateau
75019 Paris
Réservations au 01 42 41 28 22
Site : http://atelierduplateau.free.fr/


Retrouvez cet article sur Kourandart, le webmag de la Kulture.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)