Hervé Charton, artisan de théâtre

Comédien, improvisateur, metteur en scène, auteur, chercheur, pédagogue...

Accueil > Recherche / critique > Laboratoire interdisciplinaire d’improvisation théâtrale > Banque d’exercices et notions > Douze / six / quatre

Douze / six / quatre

Esprit de groupe

jeudi 1er décembre 2011, par Hervé Charton

Cet exercice, tiré d’Anne Bogart et Tina Landau The Viewpoints Book, cultive l’écoute et la réponse spontanée, individuellement et collectivement. [1]

Tout le mode court en cercle dans le même sens et à la même vitesse. Les personnes dans le cercle doivent maintenir une même distance
entre elles, en mesurant constamment l’espace devant et derrière elles. En gardant un regard détendu, chaque participant perçoit simultanément les personnes devant et derrière elles autant que le groupe entier.

Introduire les trois options suivantes :

  1. Sans que personne en particulier ne l’amorce, le groupe change de sens au même moment. Tout le monde devrait tourner vers l’intérieur du cercle pour faire demi-tour. Il est important que le groupe ne ralentisse pas pour rendre ces demi-tours plus faciles. Ils doivent être précis et succincts. Le groupe doit chercher un accord commun pour tourner ensemble.
  2. Tandis que tout le monde court en cercle une personne amorce un saut. Celui qui prend l’initiative doit sauter très haut pour laisser au reste du groupe l’opportunité de le rejoindre. Au moment où quelqu’un saute, tout le monde saute avec lui / elle, et tout le monde atterrit au même instant et reste accroupi. Alors le groupe se met d’accord pour reprendre [2], et ensemble recommence à courir dans le sens opposé.
  3. La troisième option est aussi provoquée par une personne : un arrêt soudain, tandis que le groupe court en cercle. Au moment où la personne s’arrête, tout le monde s’arrête. Cet arrêt doit être un événement instantané, simultané et enthousiasmant. Pour sortir de l’immobilité, le groupe cherche un accord commun pour reprendre la course, et repart dans la même direction.

Une fois ces trois options introduites, donner au groupe la tache de réaliser douze changements de direction, six sauts et quatre arrêts, dans un ordre quelconque. Attention : les demi-tous ne sont pas amorcés par une personne particulière mais émergent d’un accord du groupe ; les sauts et les arrêts sont déclenchés par quelqu’un dans le groupe. Le compte devrait être tenu par quelqu’un de l’extérieur. Il vaut mieux compter à rebours, pour parfois annoncer, par exemple : "Six demi-tours, deux sauts et trois arrêts restent à faire".

Il y a autant à apprendre de cet exercice en le faisant et en le regardant. S’il y a assez de participants, diviser le groupe en deux ou trois plus petits, pour chacun puisse le regarder et le faire.


Cet exercice illustre la nécessité d’écouter à chaque instant avec son corps entier. Nous croyons souvent écouter, mais l’exercice Douze / Six / Quatre révèle combien cette tâche est en fait éprouvante et combien nous sommes la plupart du temps fermés les uns aux autres sur scène.


[1Je traduis ici les pages 27-28 du livre.

[2Sans parole !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)