Hervé Charton, artisan de théâtre

Comédien, improvisateur, metteur en scène, auteur, chercheur, pédagogue...

Accueil > Recherche / critique > Laboratoire interdisciplinaire d’improvisation théâtrale > Comptes-rendus de séances > Consultation sur la suite du Lab’impro

Consultation sur la suite du Lab’impro

mardi 6 mars 2012, par Hervé Charton

Après quelques mois d’existence, nous arrivons à un point où le concept du lab’impro, tel que je l’ai énoncé à l’origine, a autant montré ses atouts que ses limites. Je fais ici une proposition d’organisation pour la suite, avec de nouveaux objectifs, d’autres façons de faire. À vous de commenter, réagir.

Les propositions suivantes s’appuient sur quelques remarques que nous nous sommes faites plusieurs fois :

  • un certain manque d’objectifs, de visée hors de cette salle d’expression artistique bien sympathique mais assez étouffante, d’où proposition 4, qu’il nous fait vraiment décider ensemble.
  • un groupe qui va et vient, où chacun a une idée de ce que l’improvisation doit ou devrait être pour lui, mais ne parvient pas toujours à la faire dialoguer avec celles des autres. D’où propositions 2 et 3, une certaine compartimentation, afin de mieux savoir de quelle improvisation nous parlons et que les gens qui viennent sachent à quoi s’attendre.
  • et malgré cela, des séances du samedi souvent très intéressantes et enthousiasmantes, où l’effet de rencontre joue à plein et où apparaissent de véritables pépites à partir du moment où chacun sait ce sur quoi il veut travailler. D’où la proposition 1.

Nous conserverions l’organisation en mardis après-midis toutes les semaines et journées de samedi tous les mois, mais :

  1. le samedi serait consacré à la rencontre entre plusieurs disciplines, avec musiciens, danseurs, scénographes, éclairagistes, vidéastes... qu’il nous faut continuer à recruter.
  2. le mardi serait consacré à des disciplines particulières, et plus précisément à ce qui concerne les comédiens : la construction dramatique, l’improvisation de situations, de scènes, de personnages. Chaque semaine, un angle d’approche sera privilégié et travaillé à fond (ex. : scènes à contraintes, improvisation dirigée, prise en compte de l’espace, etc.).
  3. je vous encourage fortement à rejoindre Marguerite Papazoglou qui donne un cours d’improvisation, avec la danse et le mouvement pour point de départ, tous les vendredis après-midis de 17h30 à 20h, en Salle d’expression artistique à Ulm.
  4. nous prévoyons pour fin mai de faire une performance publique, selon le principe de base (c’est-à-dire avec un vrai travail de connaissance du lieu). Date à préciser, lieu à trouver.

J’attends maintenant vos réactions !

Messages

  • c sont des propositions interessantes et faisables, me semble-t-il.
    juste une question : qu’est-ce que tu penses du fait que le groupe change ou qu’il n’y a pas toujours les memes qui y assistent et que certains comme moi ne viennent pas bcp du tout ? est-ce que ca gene du coup de venir apres des longues absences ?

    bisous

    • qu’est-ce que tu penses du fait que le groupe change ou qu’il n’y a pas toujours les memes qui y assistent et que certains comme moi ne viennent pas bcp du tout ?

      Pour moi ça fait partie du jeu. C’est confortable, sans doute, d’improviser avec quelqu’un qu’on connaît et dont on peut prévoir les réactions, mais ça ne me semble pas nécessaire. Si les gens ont l’habitude de prendre des risques sur scène - je veux dire aller droit au but, s’ouvrir, alors on apprend très vite à se connaître.

      Sans doute qu’il faudrait tout de même, dans l’idéal, pour des questions de visibilité, de sécurité, qu’un groupe se stabilise et devienne plus assidu. Et de fait, c’est quelque chose qui se passe ; les gens qui viennent le samedi sont plus ou moins toujours les mêmes. Mais c’est quelque chose qui doit se passer de soi-même, je
      ne peux pas l’imposer ou forcer les gens ; chacun doit venir parce qu’il y sent une nécessité, sinon une envie très marquée. Je ne vais pas rentrer dans un système où on commence à culpabiliser les gens qui ne viennent pas, ils ont souvent de bonnes raisons, et viendraient-ils malgré elles que ce ne serait pas très efficace.

      est-ce que ca gene du coup de venir apres des longues absences ?

      Pour moi encore, ça ne pose aucun problème. Ce n’est pas tellement pour les gens qui viennent souvent ou pour moi que cela peut poser des difficultés, c’est plus pour celui qui revient, qui veut revenir, passer de temps en temps. Il doit être prêt à se glisser dans quelque chose qui aura évolué sans lui. Mais il faut que ce groupe reste ouvert : qu’il puisse accueillir toujours de nouveaux participants, et donc a fortiori accueillir à nouveau ceux qui ne sont pas venus depuis longtemps.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)